Page d'accueilActualitésEnvironnementLe glyphosate est-il cancérigène ? Les Etats-Unis enquêtent

Le glyphosate est-il cancérigène ? Les Etats-Unis enquêtent

roundupno

Le glyphosate contenu dans le RoundUp produit par Monsanto pourrait être mortel. C’est l’avis de plusieurs agences de santé, qui demandent son interdiction. Aux Etats-Unis, une batterie de tests va permettre de confirmer ou d’infirmer ces résultats.

En mai 2015, une agence de l’OMS classé le glyphosate, principal composant du RoundUp de Monsanto, comme « probablement cancérogène. » Un peu plus d’un an plus tard, le débat fait toujours rage. Alors que l’Europe a renouvelé son autorisation du glyphosate sur le Vieux Continent, qui peut donc toujours être commercialisé, les autorités américaines se penchent désormais sur cette substance. C’est au tour de l’EPA, l’agence américaine de protection de l’environnement, de vérifier si le glyphosate est ou non cancérogène. Pendant quatre jours, un groupe de scientifiques va effectuer une batterie de tests.

RoundUp : plusieurs cas de cancer répertoriés

Et cette série d’expériences pourrait bien être fatale à Monsanto, qui devrait entrer dans le giron de Bayer pour 66 milliards de dollars, et donc par effet domino au rachat par l’Allemand. Car si l’EPA conclut que le glyphosate est cancérogène, les Etats-Unis pourraient bien décider d’interdire la substance, qui ramène chaque année près de 5 milliards de dollars au numéro 2 mondial des semences agricoles. Face aux différentes études réalisées par plusieurs organismes, Monsanto s’est toujours défendu en affirmant que son RoundUp n’était pas dangereux pour la santé. Mais tous ces rapports tendent pourtant à confirmer l’aspect cancérogène de glyphosate. En réalité, l’EPA a déjà livré un rapport sur le glyphosate. Celui-ci était d’ailleurs plutôt concilient avec le géant des semences agricoles, puisqu’il indiquait que le RoundUp n’était pas cancérogène. Mais ce document publié en septembre dernier avait été décrié dans la profession. Cette nouvelle phase de tests doit donc permettre de confirmer ou d’infirmer les conclusions du mois dernier. Il faut savoir que plusieurs plaintes avaient été déposées contre le géant américain suite à des cancers détectés chez ses utilisateurs.

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Noter cet article: