Page d'accueilA la UneGastronome avale Doux pour devenir Galliance

Gastronome avale Doux pour devenir Galliance

Poulets Doux supermarché.

Doux est entré cette année dans le giron du groupe coopératif Terrena. Ce dernier annonce que le pôle volailler sera désormais baptisé Galliance. Un nouveau nom et de nouvelles ambitions.

Après le rachat de Doux par Terrena, le pôle volailler de la coopérative agricole va désormais s’appeler Galliance. Comme nous vous l’annoncions en mars dernier, la fusion entre Doux et Terrena — dont la seule marque Gastronome constituait le pôle volailler du groupe — va permettre à Terrena de faire travailler plus de 1 500 éleveurs et de produire 420 000 tonnes de volailles destinées à la commercialisation. De nouvelles ambitions qui ont donc désormais un nom. Galliance regrouper donc aussi bien les poulets d’Ancenis, que les poulets du Gers, les volailles de la gamme Douce France et que les poulets Doux. Sans oublier Shems, la marque halal de Gastronome. Avec la reprise de Doux, c’est notamment ce segment que Terrena augmente. Galliance est donc désormais un solide numéro 2 de la volaille, derrière LDC. Avec un chiffre d’affaires annuel qui devrait atteindre 1,3 milliards d’euros, Galliance bénéficie également du savoir-faire de Doux à l’international : 80 % du chiffre d’affaires du groupe provenait de ce marché lucratif. La nouvelle entité de Terrena devient ainsi le premier exportateur français de volailles.

Reconquérir le marché français

Galliance sera organisé en quatre divisions : volailles fraîches, produits élaborés, dindes et export. Pour ce dernier pôle, la marque Doux sera conservée pour garder l’aura du volailler à l’international, notamment en Arabie Saoudite, son principal client. Mais Terrena veut se développer et prévoit donc un plan d’investissement pour les trois années à venir. Coût de ce plan ? 150 millions d’euros d’ici à 2019, soit 50 millions d’euros par an. Avec un objectif premier, qui sera la construction d’un nouvel abattoir à Ancenis pour des volailles premium. Terrena veut également miser sur la recherche et le développement. Cité par le magazine LSA, le groupe indique que « la marque Père Dodu doit également être renforcée en GMS en produits frais et élaborés. » Car si Doux était performant à l’international, il lui faut désormais se replacer au niveau local. Avec Terrena, c’est désormais l’un des objectifs annoncés. Avec l’innovation et le côté « nouvelle agriculture » de la coopérative, les marques de Doux pourraient bien reconquérir le cœur des consommateurs français.

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

magali.monceau@industrie-agroalimentaire.com

Magali Monceau, titulaire d’un Master en Biologie et Santé – Nutrition Humaine et développement de l’Aliment Santé -, elle est responsable qualité pour un laboratoire à Nantes et chroniqueuse également pour le site IAA.

Noter cet article: