Page d'accueilA la UneUne fois fusionné à SABMiller, AB InBev réduira ses effectifs

Une fois fusionné à SABMiller, AB InBev réduira ses effectifs

Géant de la bière.

Economie. Des documents en relation avec l’opération du rachat de SABMiller par Anheuser-Bush InBev publiés vendredi 26 août 2016 montrent que, suite à la fusion, 3 % des postes de l’entité du nouveau géant de la bière seront supprimés.

Anheuser-Bush InBev prévoit de supprimer quelque 3 % des postes de la nouvelle entité en rachetant son concurrent SABMiller. La suppression de quelque 5 500 emplois vise la réalisation d’économies annuelles avant impôts d’au moins 1,4 milliard de dollars dans les quatre années succédant la finalisation de la fusion. Les suppressions de postes interviendraient sur une période de trois ans, précise le propriétaire de marques Corona, Budweiser et Stella Artois. SABMiller emploie 70 000 personnes et AB InBev en emploie plus de 150 000. Mais la vente des parts dans des coentreprises en Chine et aux Etats-Unis, ainsi que des cessions de marques programmées, induiront la réduction de la somme totale des employés.

Décision finale le 28 septembre

Les documents publiés par AB InBev, détaillant l’offre et le processus de l’acquisition de SABMiller, montrent que la réduction de postes n’est pas encore finie. D’autres documents parus au début du mois, ont montré que les cadres d’Anheuser-Bush InBev occuperaient 18 des 19 postes de direction dès la prise de contrôle de SABMiller. AB InBev a noté que les activités de la nouvelle entité, n’ayant pas encore de nom, seraient pilotées depuis New York. Néanmoins, l’unité de production resterait basée à Louvain en Belgique.

Le mastodonte de la bière envisage aussi des réductions de postes au siège mondial de SABMiller à Woking en Grande-Bretagne, et fermera des bureaux du groupe britannique à Londres. Fin juillet, l’offre finale d’AB InBev a été recommandée par SABMiller. Il a dû augmenter sa proposition initiale à 92,4 milliards d’euros, tenant compte de la baisse du livre sterling suite au vote des Britanniques pour le Brexit. Une assemblée générale est planifiée le 28 septembre, pendant laquelle les actionnaires doivent de prononcer.

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

magali.monceau@industrie-agroalimentaire.com

Magali Monceau, titulaire d’un Master en Biologie et Santé – Nutrition Humaine et développement de l’Aliment Santé -, elle est responsable qualité pour un laboratoire à Nantes et chroniqueuse également pour le site IAA.

Noter cet article: