HomeA la UneFleury Michon promeut le porc made in France

Fleury Michon promeut le porc made in France

[quote]Viande. Le leader de la charcuterie Fleury Michon vient de commander 100 000 tonnes de porc par an aux coopératives Sanders et Avril.[/quote]

fleury michon

Dans la crise porcine traversée par les éleveur français, le géant de l’Agroalimentaire Fleury Michon propose une solution, après avoir posé un constat : il est difficile de s’approvisionner dans l’Hexagone avec de la viande de qualité. « Nous sommes obligés d’importer 30 % de nos porcs d’Espagne et du Danemark… », indique notamment Alex Joannis, le directeur général de la marque, qui est l’une des plus achetées en France et qui veut proposer du porc made in France dans les rayons charcuterie.

Des porcs nourris aux céréales françaises

Pour y remédier, Fleur Michon a décidé d’augmenter son approvisionnement en France, mais à des prix intéressants pour les producteurs, en ajoutant un « bonus » de 6,30 euros. Le groupe va en effet acheter, via les coopératives Sanders et Avril, 100 000 tonnes par an de porc. Au total, ce sont 2 000 porcs qui seront donc achetés par semaine. Cependant, Fleury Michon impose plusieurs conditions : il faut que ces porcs soit sans OGM, qu’ils soient nourris avec des céréales françaises et qu’ils ne reçoivent pas de traitement antibiotique après le 42e jour.

« On veut soutenir les éleveurs. En promouvant des filières d’excellence qui répondent aux attentes des consommateurs », explique Bernard Mahé, directeur général adjoint d’Avril. Les prix proposés aux éleveurs leur permettront d’acheter de la nourriture de qualité – 1,50 euro du bonus y sera consacré – et le contrat à l’année pérennisera l’activité des producteurs qui décideront de se lancer dans cette filière Engagés dans l’élevage et qui offriront, ajoute Alex Joannis, « davantage de qualité, accessible à tous. »

Agroalimentaire. Fleury Michon s’allie avec Sanders (ici)

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: