HomeActualitésEconomieDoux : après le redressement, la liquidation judiciaire

Doux : après le redressement, la liquidation judiciaire

Al Munajem entre dans le capital de Doux

La justice a décidé de placer Doux en liquidation judiciaire. D’ici le 15 mai, le groupe pourrait cependant être racheté en partie.

Le fleuron français de la volaille Doux est en liquidation judiciaire. Une mesure prononcée par la justice et assortie d’ une poursuite de l’activité jusqu’au 31 mai. D’ici là, le groupe pourrait bien être repris, tout du moins en partie, puisque deux offres ont été faites à la coopérative Terrena, propriétaire de Doux. Dans un communiqué publié la semaine dernière, Terrena a annoncé soutenir « des offres concertées pour assurer la pérennité de l’essentiel des emplois et des activités de Doux. » En effet, Doux emploie 1 200 salariés. Mais tous les emplois ne pourront pas être sauvés. Selon Terrena, 920 d’entre eux pourront être sauvegardé grâce aux « offres émanant respectivement du leader français de la volaille LDC et du groupe saoudien Al Munajem pour la reprise des activités de Doux dans le cadre de la liquidation de l’entreprise. » En effet, les deux offres émanent du concurrent de Doux et d’une groupe saoudien.

Les Ukrainiens écartés du dossier

Une offre concurrente avait également été émise par l’Ukrainien MHP, qui avait proposé d’investir 76 millions d’euros pour construire une nouvelle usine à Châteaulin. MHP avait été choisi pour être le nouveau partenaire de Doux car jugé plus compétitif en termes de prix que l’entreprise française. Mais l’Ukrainien sait que son dossier n’est pas loin d’être jeté à la poubelle. Restent donc LDC (Loué, Le Gaulois, Marie) et son nouvel allié saoudien. Le marché du Moyen-Orient de poulets congelés est une aubaine pour Doux. D’autant que l’offre d’Al Munajem serait soutenue par Jean-Yves Le Drian. L’offre saoudienne inclut la reprise de 347 salariés, indique Terrena. Le groupe coopératif semble indiquer que la sauvegarde de 920 emplois sur les 1 200 est un moindre mal. Mais l’offre d’Al Munajem inclurait également le rachat du nom de Doux pour le Golfe.

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: