HomeActualitésEconomieCooperl : porc sans antibiotique

Cooperl : porc sans antibiotique

Porc sans antibio. Illustration / Crédit photo : bertconcepts (CC BY)

Porc sans antibio. Illustration / Crédit photo : bertconcepts (CC BY)

[quote]Le groupe coopératif industrie agroalimentaire française Cooperl innove en invitant les éleveurs à ne plus castrer les porcelets et en développant un porc sans antibiotique.[/quote]

Le numéro un français du porc, Cooperl Arc Atlantique, oriente sa stratégie vers le bien être animal et la sécurité alimentaire. Le groupe made in Bretagne opte pour des mâles entiers, non castrés et un porc sans antibiotique. Cooperl c’est quatorze sites industriels qui emploient près de 5000 personnes. Le groupe Cooperl collabore avec 2700 éleveurs du grand nord ouest de la France et produit plus de 5.6 millions de porcs.

Porc sans antibiotique : séduction Bio

L’objectif de Cooperl est de produire 1.5 à deux millions de porcs sans antibiotiques pour séduire les adeptes du bio. « Le problème de l’antibiorésistance est réel. Nous avons décidé de relever le défi plutôt que baisser la tête et l’ignorer (…) Il y a une réelle attente des consommateurs (pour le porc sans antibiotique) et il y a la place dans les rayons pour un produit intermédiaire entre le porc standard et le bio», précise Anne Lacoste, responsable R&D de la filière sur Réussir-Porc.

Porcs non castrés : bien-être animal et enjeux économiques

Depuis décembre 2012, Cooperl Arc Atlantique invite ses éleveurs adhérents à privilégier la production de porcs non castrés« Au total, nous avons investi deux millions d’euros dans ce dossier qui a impliqué 20 métiers différents. Notre atout est de maîtriser l’ensemble de la filière, sans conflit d’intérêts. Notre souci premier est de préserver la production », souligne Patrice Drillet, le président de Cooperl (Le Télégramme, 20 mars 2014). Bilan de cette opération non castration des porcs : un « bien-être » du porc, une chair plus musclée, moins de rejets et un gain de cinq euros par tête.

Cooperl, un nez d’avance (lire)

Les articles dans la même thématique

FOLLOW US ON:

magali.monceau@industrie-agroalimentaire.com

Magali Monceau, titulaire d’un Master en Biologie et Santé – Nutrition Humaine et développement de l’Aliment Santé -, elle est responsable qualité pour un laboratoire à Nantes et chroniqueuse également pour le site IAA.

Rate This Article: