Page d'accueilA la UneLe cidre souffre de la concurrence de la bière

Le cidre souffre de la concurrence de la bière

Les ventes de cidre souffrent.

Rosé, fruité ou encore à fine bulles, le cidre ne cesse de se réinventer afin d’attirer de nouveaux adeptes. Malgré un manque de visibilité certain.

Cidre à la poire, cidre à la pêche ou encore cidre aux fruits rouges… Aujourd’hui de nombreuses déclinaisons de cette boisson ancestrale originaire de la Normandie et de la Bretagne, qui à l’origine ne se déclinait qu’en trois catégories — brut, demi-sec et doux — sont disponibles dans de nombreux commerces. Cependant, selon Muriel Jaugin, conseil en marketing pour l’agroalimentaire « il y a un réel problème de visibilité dans les rayons. » Interrogée par La République du Centre, elle estime qu’il est « très difficile de se faire voir à côté des bières. » En effet, le cidre a du mal à s’imposer dans les rayons de la grande distribution et même durant les temps fort de sa consommation, à l’occasion de l’Epiphanie et de la Chandeleur, les ventes au niveau national ne dépassent pas les 25 %.

De nouvelles gammes originales

Néanmoins, Anita Gouret, patronne de la cidrerie Kerloïck, constate, toujours dans le quotidien régional, une certaine évolution dans la consommation de cette boisson 100 % naturelle, faiblement alcoolisée. « Avant, boire du cidre, c’était ringard, souligne-t-elle. Avec la multiplication des contrôles d’alcoolémie, on a vu l’évolution. » En effet, elle assure qu’aujourd’hui de plus en plus de jeunes « viennent acheter du rosé pour une soirée apéro. » Philippe Musellec, directeur général de la coopérative cidricole indépendante Les Celliers Associés, soutient, quant à lui, que pour que cette boisson ancestrale puisse attirer les plus jeunes, il faut « associer à le cidre à de nouvelles façons de le consommer. » Ainsi, la coopérative a lancé au printemps 2014 une gamme « Envies de… », avec un cidre brut pour une envie de « grillades et salades », un cidre rosé pour « apéritifs et tapas », ou un cidre doux pour une envie de « plaisir sucré et dessert. » Ou quand le cidre tente de se refaire une jeunesse…

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Noter cet article: