HomeA la UneLe Brexit privera-t-il les Britanniques de leur pâte à tartiner préférée ?

Le Brexit privera-t-il les Britanniques de leur pâte à tartiner préférée ?

Pâte à tartiner Marmite au Royaume-Uni.

Depuis une semaine, Unilever et Tesco discutent. Le premier veut augmenter les prix de sa très populaire pâte à tartiner Marmite. Le second refuse.

De la levure de bière, de la vitamine B1 et un produit 100 % végétal : voilà ce qui caractérise la pâte à tartiner Marmite commercialisée par le groupe britannico-néerlandais Unilever. Les Anglaise en raffolent. Si bien que les Britanniques se ruent dans les supermarchés pour s’en procurer 3 700 tonnes chaque année. Ou plutôt, ils se ruaient. Car depuis quelques jours, la pénurie de Marmite guette, de l’autre côté de la Manche. La faute à Tesco, tout d’abord. Le distributeur a décidé, la semaine dernière, de retirer ce mets de ses rayons. Depuis, entre Unilever et Tesco, la bataille fait rage, au grand désespoir des Anglais. La raison de la grogne ? Unilever veut augmenter le prix de vente en gros de 10 %, tandis que Tesco indique qu’en cas de hausse des tarifs, la chaîne arrêtera de commercialiser la pâte à tartiner.

La pâte à tartiner Marmite de retour dans les rayons

Mais pourquoi Unilever tient-il tant à rehausser ses tarifs ? La marque prétexte la chute des cours de la livre sterling face à l’euro. Depuis le vote favorable au Brexit, la livre a perdu plus de 17 % de sa valeur. Pour qu’il n’y ait aucun impact sur ses chiffres, Unilever propose donc de compenser cette baisse par une hausse de prix. Tesco réfute catégoriquement cette idée. D’autant que la marque britannico-néerlandaise dispose d’un large catalogue de produits — vinaigrette, lessive, gel douche… —, qui pourraient donc tous augmenter. Tesco refuse d’être obligé d’acheter plus cher les produits de la multinationale. Retirer de ses rayons le Marmite est donc une façon de faire levier sur Unilever et d’obtenir satisfaction.

Plus globalement, le Brexit pose le même problème à de nombreux géants de l’agroalimentaire. Avec la chute précipitée de la livre sterling, plusieurs produits sont menacés de disparaître des rayons des supermarchés, notamment la très populaire crème glacée Ben & Jerry’s. Le distributeur Tesco a même fait appel aux dirigeants. L’affaire est, indique la télévision française, remontée jusqu’au parlement. Depuis, les discussions entre Unilever et Tesco ont repris. Ce dernier a décidé de replacer les pots de Marmite dans ses rayons. Mais jusqu’à quand ? Les prix des produits importés augmentant inexorablement au fur et à mesure que la livre chute, les producteurs devront bien, à un moment, revoir leurs pris à la hausse.

Les articles dans la même thématique

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

<p>Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.</p>

Rate This Article: