Page d'accueilA la UneEt si le brasseur AB Inbev rachetait… Coca-Cola ?

Et si le brasseur AB Inbev rachetait… Coca-Cola ?

coca-cola

Après avoir avalé SABMiller, AB InBev pense déjà à ses prochaines acquisitions. Parmi les groupes ciblés, un des géants de la boisson, Coca-Cola. Aidé par Warren Buffett, le brasseur pourrait bien réaliser un des coups du siècle. Mais on en est encore loin…

Les ambitions d’AB InBev sont décidément de plus en plus folles. Alors qu’il est en train de finaliser le rachat de SABMiller pour la somme de plus de 93 milliards d’euros, le brasseur vise désormais d’autres acquisitions. Si la plus probable, dans l’immédiat, est celle de son concurrent français Castel, Anheuser-Busch InBev aurait également, en ligne de mire, deux sociétés : l’entreprise turque Anadolu Efes, mais également le géant du soda Coca-Cola. Si l’acquisition de ce dernier semble utopique à première vue, selon des experts financiers interrogés par Reuters, l’opération serait largement possible. SABMiller est déjà actionnaire majoritaire de Coca-Cola Beverages Africa, qui embouteille le soda américain pour le marché africain.

Warren Buffet peut-il aider AB InBev a réaliser cette opération ?

Est-ce pour autant suffisant pour imaginer un rapprochement entre le brasseur et le fabricant de la célèbre boisson pétillante ? Si Coco-Cola veut éviter de tomber entre les mains d’AB InBev, il devra, dès la fusion avec SABMiller actée, certainement en octobre prochain, racheter les 57 % de parts détenues par le brasseur dans Coca-Cola Beverages Africa et ainsi débourser 4 milliards de dollars au moins. Mais quoi qu’il en soit, la stagnation du marché de la bière oblige les actionnaires d’AB InBev à regarder du côté des boissons non alcoolisées. Mais racheter Coca-Cola aurait un coût certain. La capitalisation boursière de la société américaine atteindrait… 188 milliards de dollars. Jamais une fusion de ce montant n’a été réalisée.

Cependant, certains éléments peuvent laisser espérer une telle opération. Notamment les liens entre le fonds 3G Capital, actionnaire d’AB InBev, et Warren Buffett, l’un des actionnaires de Coca-Cola. Warren Buffett a déjà participé à l’opération de rachat de Heinz par 3G Capital. Il pourrait donc une nouvelle fois servir d’intermédiaire, cette fois pour une acquisition de Coca-Cola Company dont le milliardaire avait acquis 7 % des parts en 1988. Mais si le groupe américain de sodas décide de racheter les parts d’AB InBev dans Coca-Cola Beverages Africa, il enverra un message clair : « Coca-Cola ne s’accommodera pas d’une situation dans laquelle leur principal partenaire en Afrique serait un acquéreur potentiel », résume l’analyste Trevor Stirling. Réponse dans quelques semaines, donc.

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Noter cet article: