HomeA la UneBad-buzz : Michel et Augustin, des « trublions » un peu trop politiques ?

Bad-buzz : Michel et Augustin, des « trublions » un peu trop politiques ?

Des trublions politiques ?

Après avoir soutenu François Fillon puis offert des biscuits à une association jugée homophobe, la marque Michel et Augustin a connu un mois tourmenté. Quand business et politique se rencontrent, c’est généralement pour le meilleur, mais surtout pour le pire.

Quand on mélange les affaires et la politique, c’est généralement le bad-buzz assuré. Et malgré leur communication hype, les créateurs de Michel et Augustin n’échappent pas à la règle. Tout a commencé il y a près de six mois. A l’époque, la marque organise un cycle de conférences et de rencontres intitulé « Boire une vache avec. » Des professionnels de la cuisine viennent ainsi délivrer leurs conseils, des entrepreneurs livrent leurs secrets et des politiques n’hésitent pas à venir s’afficher avec les deux « trublions » de l’agroalimentaire. Jusque là, rien d’extraordinaire, d’autant que l’éventail d’invités est large : « des politiques de la gauche de la droite (Ségolène Royal, Fleur Pellerin, Guillaume Garot) comme de la droite de la gauche (Nicolas Sarkozy, François Fillon…) », ironise la marque.

Augustin Paluel-Marmont rêve de Fillon et de Macron

Oui mais voilà. Le 31 mai 2016, alors que Michel de Rovira et Augustin Paluel-Marmont, les deux entrepreneurs à l’origine de la marque qui porte leurs prénoms et qui intéresse fortement Danone, reçoivent le candidat à la primaire de la droite et du centre François Fillon, les « trublions » prennent position. « François Fillon est le seul homme politique à formuler un projet économique à horizon-temps défini pour la France », indiquent-ils, assurant que le membre du parti Les Républicains « est le seul qui a vraiment bossé le fond. » A l’époque, les internautes s’étonnent. Michel et Augustin roulent-ils pour François Fillon ? La question est lancée, d’autant que ce dernier, selon les deux entrepreneurs, est « inspiré et inspirant. »

L’affaire perd finalement peu à peu en intensité. D’autant que la position politique d’Augustin Paluel-Marmont est sans équivoque depuis longtemps. Le businessman n’a jamais caché qu’il rêvait « d’un duo en 2017 : François Fillon, qui propose des réformes puissantes, et Emmanuel Macron. » Sauf que, depuis quelques jours, François Fillon affiche sa « sympathie » et son « soutien » à la Manif pour tous, un mouvement décrié notamment pour son homophobie. Pourtant, Michel et Augustin assurent que leur soutien à Fillon n’a aucun « lien avec l’homophobie. » Mais début octobre, la marque de cookies offre ses biscuits à la start-up Gens de confiance, qui organise un événement au profit de l’association Lazare, proche de la Manif pour tous.

« Rester à l’écart de la politique »

Dès lors, tout s’enchaîne. La marque est alors accusée d’être homophobe. Michel et Augustin s’en défendent. « Nous avons la joie de recevoir chaque année des centaines de demandes de coups de pouce, de partenariats, de sponsorings, d’informations pour des mémoires d’étudiants, de conférences », indique le communiqué de l’entreprise, qui assure essayer « de répondre à un maximum de demandes. » La demande de Gens de confiance fait donc, selon Augustin et Michel, d’une des nombreuses sollicitations reçues chaque année par la marque. « Est-ce homophobe ? Non », rétorquent les dirigeants d’Augustin et Michel qui décide de botter en touche : « Nous pouvons tous changer le monde, chacun à notre façon », peut-on lire dans le communiqué.

Si les internautes ont bien reçu le message, ils s’étonnent cependant que Michel et Augustin n’aient pas tenté d’en savoir plus sur le pédigrée de l’association Lazare. En 2015, une marque américaine avait fait les frais d’un événement similaire. Natural Foods, une chaîne d’épicerie bio du Minnesota, avait décidé de soutenir le comité de soutien électoral, le Minnesota Business First, du membre du parti Républicain Pat Erikson. Ce dernier s’était inscrit en fervent opposant au mariage homosexuel. L’entreprise avait alors été accusée d’être homophobe. « La position d’Erikson ne reflète en rien nos valeurs », avait réagi le PDG du groupe, qui avait alors pris une décision radicale : « Natural Foods doit rester à l’écart de la politique », disait-il. Michel et Augustin pourraient bien, dorénavant, user de la même stratégie.

Les articles dans la même thématique

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

<p>Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.</p>

Rate This Article: