Page d'accueilA la UneLe baby kiwi séduit de plus en plus les Français

Le baby kiwi séduit de plus en plus les Français

Le baby kiwi bientôt dans les rayons snacking.

Le baby kiwi Nergi attire de plus en plus de consommateurs depuis son lancement sur le marché européen en 2013. La commercialisation de plus de 3 millions de barquettes vient de débuter en 2016, et les ventes pourraient s’envoler d’ici la fin de l’année.

Le baby kiwi a été lancé en France sous la marque Nergi, et commercialisé par l’entreprise landaise Primland à Labatut. Cette dernière a été créé par la coopérative SCAAP Kiwifruits de France — qui regroupe 320 agriculteurs dans le Tarn-et-Garonne, le Gers et en Aquitaine, ainsi que 110 employés — par le biais de son entreprise Sofruileg s’occupant du développement de sélections végétales innovantes. François Lafitte, le responsable de Primland exprime sa satisfaction quant au lancement de cette variété de kiwis : Primland compte écouler cette année 3 millions de barquettes de 125 grammes de baby kiwis, contre 1 million en 2015 et 600 000 en 2014.

4,5 millions d’euros de chiffre d’affaires pour Primland

Depuis six ans, plus de 170 hectares de vergers destinés à la production du baby kiwi Nergi ont été mis en place en Europe, principalement en France, en Italie et au Portugal. Ce qui explique aussi le bond des ventes prévues en 2016, les volumes étant en augmentation avec une production accompagnée par une météo parfaite pour la culture du produit. Les ventes attendues en 2017 de Nergi — représentant 70 % du marché des baby kiwis produits en Europe — en Italie, en France, en Scandinavie, au Benelux et en Allemagne principalement — ce pays a concentré 50% des ventes en 2015 —, s’élèvent à 5 millions de barquettes et 7,8 millions en 2018.

Pour atteindre ces objectifs, le baby kiwi Nergi est présenté aux distributeurs comme étant une baie fruitière. C’est donc dans les rayons snacking qu’il devrait être placé. Selon SymphonyIRI, le marché du snacking est en plein essor avec un chiffre d’affaires atteignant 2,8 milliards d’euros en grande distribution, sans compter celui des baies fruitières qui est spécifiquement dynamique depuis cinq ans. Et pourtant, l’enjeu de Primland est « considérable », assurent les dirigeants : la marque a prévu un budget marketing qui pèse plus de 10% du chiffre d’affaires annuel global européen.

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Noter cet article: