HomeActualitésConso1336, une nouvelle marque de thé née de la contestation sociale

1336, une nouvelle marque de thé née de la contestation sociale

[quote]Boissons. Une nouvelle marque de thé vient de voir le jour, créée par les anciens salariés d’Unilever, licenciés par le géant de l’agroalimentaire il y a quatre ans.[/quote]

1336

1336, c’est le nombre de jours qu’avait duré la lutte opposant les ouvriers de l’usine Fralib à Gémenos, dans les Bouches-du-Rhône, à la multinational Unilever, qui voulait délocaliser sa production de thés Lipton et d’infusions Eléphant, en 2011, et qui avait licencié ses 186 salariés. 1336, c’est désormais le nom d’une nouvelle marque de thé, inspirée bien évidemment de ce conflit social qui avait été suivi par la France entière pendant plus de trois ans, donc.

Bien loin des moyens dont disposent le groupe anglonéerlandais Unilever, les salariés ont réussi à reprendre leur usine et à créer une coopérative, Scop-Ti, lancée en grande pompe ce mardi 26 mai. Après avoir obtenu la signature d’un accord de fin de conflit de près de 20 millions d’euros, qui leur permet notamment de garder les machines, 57 des ex-Fralib ont réuni leurs indemnités de licenciement pour créer une coopérative.

Deux enseignes intéressées par cette nouvelle marque de thé

Et c’est donc ce mardi qu’a été dévoilé le nom de la nouvelle marque des thés et infusions qui seront fabriqués à Gémenos. Des produits qui reposeront sur deux caractéristiques précises : le bio et le made in France. « La création de la marque 1336 est le point final de cette longue lutte, mais c’est aussi le démarrage de nouvelles aventures », explique Gérard Cazorla, ancien délégué syndical, désormais président de Scop-Ti, qui indique que deux grandes enseignes nationales pourraient bientôt proposer, dans leurs rayons, la marque 1336.

Les anciens salariés de Fralib créent « 1336 » : leur propre marque de thé (ici)

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: